De nombreux normes ou principes définissent le fonctionnement de la comptabilité en entreprise. Au nombre de ceux-ci, vous avez par exemple l’indépendance entre deux exercices comptables, la non-compensation, la bonne information, etc. Etant donné que toutes ces règles sont inhérentes, il est nécessaire pour chaque entreprise d’en avoir la maitrise afin de bien établir les différents documents annuels qui renseignent sur sa santé financière.

Que comprendre par l’expression : principe comptable ?

Les règles qui régissent la comptabilité ont un principal rôle. Elles permettent de s’assurer que les données comptables qui ont été établies par la société sont non seulement cohérentes, mais également vraies. Ainsi, lorsque le responsable du service de comptabilité de la société voudra établir les justificatifs annuels, il devra se conformer à ces normes. Il est primordial que les différents calculs produits puissent refléter l’état financier de la socièté. En d’autres termes, il doit y avoir une conformité entre les résultats obtenus et le patrimoine que possède la société. Par ailleurs, il faut ajouter que les règles qui régissent la comptabilité ont une seconde fonction. Elles se basent sur le bilan annuel et les comptes pour exposer la situation financière de l’entreprise de façon claire et vérifiable. Sachez d’ailleurs que les principes de gestion restent fidèles et ne connaissent pratiquement pas de modification.

Quels sont les différents principes comptables ?

En France comme dans quel n’importe que pays, l’une des premières règles de gestion dans une société est la considération des 7 règles de la comptabilité. Il s’agit de :

L’autonomie des exercices comptables

Cette stipule que chaque opération effectuée au sein de la société doit être incorporée dans son exercice d’origine. Une opération effectuée dans l’année N, ne doit pas être incorporée à l’exercice de l’année N+1. Sa facture devra impérativement être rattachée à l’année N.  

La continuité d’exploitation

Le fondement de cette norme est basé sur la supposition selon laquelle la structure continuera ses activités même après l’établissement du bilan annuel de l’exercice en cours. L’avantage de cette norme qu’il sera possible e conserver des copies des tableaux d’amortissements qui ont été produits sur une longue durée.

La non-compensation

Il s’agit de l’un des principes fondamentaux de la comptabilité. En effet, cette norme vous interdit de cumuler les données obtenues dan les comptes de l’actif à ceux du passif ; ou encore de procéder à l’enregistrement d’un solde.

La bonne information

Les différentes données ou du moins l’information comptable obtenue après l’établissement des différentes pièces (bilan, comptes de résultat) doivent être assez conséquentes et claires.

Le principe de prudence

Cette règle est appliquée lors de la transcription des opérations comptables. Selon elle, il faudra réaliser des provisions sur les pertes probables avant qu’elles ne surviennent. Dans le même temps, il est interdit de tenir compte des bénéfices probables avant que ceux-ci ne soient réellement effectif.  

La suprématie de la réalité sur l’apparence

Ce code comptable intime au responsable du service de comptabilité d’enregistrer les informations de façon limpide afin dee failiter la compréhension des documents financiers. À cet effet, ledit principe exige que l’information présentée soit fiable, nette, entière et conforme au patrimoine de l’entreprise.

Le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture

On désigne par bilan d’ouverture le résultat correspondant au bilan de fin d’exercice comptable de l’année précédant la nouvelle. Cette définition est apportée par l’article L123-19 du code du commerce. En outre, il est impossible d’apporter modification à ce bilan d’ouverture en le différenciant de celui de clôture de l’année dernière.

Catégories : Business